Jeudi 15 mars 2018 — Dernier ajout jeudi 27 septembre 2018

Kelou mat 03 Edito mars 2018

La semaine du Don

Le titre a de quoi m’interroger : je suis déjà tellement sollicité de toutes parts. Pour quelle cause, pour qui vais-je devoir à nouveau mettre la main au portefeuille ? Ca changerait tout si c’était moi qui, pour une fois, allais être le bénéficiaire de cette semaine du don ? Et c’est justement ça. Cette semaine du don elle est bien pour moi, elle s’appelle aussi la Semaine Sainte.

LA SEMAINE DU DON ! Le titre a de quoi m’interroger : je suis déjà tellement sollicité de toutes parts. Pour quelle cause, pour qui vais-je devoir à nouveau mettre la main au portefeuille ? Ca changerait tout si c’était moi qui, pour une fois, allais être le bénéficiaire de cette semaine du don ? Et c’est justement ça. Cette semaine du don elle est bien pour moi, elle s’appelle aussi la Semaine Sainte. Ce titre inhabituel m’invite à porter un nouveau regard sur ces quatre grandes journées que sont le dimanche des Rameaux, le Jeudi Saint, le Vendredi Saint et Pâques ! Il faut les sortir du regard routinier que je porte sur elles pour que j’accueille les dons que Jésus me fait. L’expression commune pour résumer les dons de cette Semaine Sainte, pourrait être : Jésus me donne sa vie pour que j’en vive.

Dimanche des Rameaux : Jésus entre dans Jérusalem. Il sait ce qui va lui arriver mais il ne se dérobe pas. Cela semble pourtant bien commencer : la foule l’acclame Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur. Avec les autres chrétiens, à l’église, je revivrai cette entrée triomphale de Jésus et je ne repartirai pas chez moi les mains vides : je rentrerai avec un buis ou un rameau béni. A travers la prière du prêtre, c’est le Seigneur qui donne à mon rameau une valeur nouvelle, invisible sauf par moi et quand je l’accrocherai quelque part chez moi, c’est Jésus qui me fera le don de sa présence chez moi.

Jeudi Saint : Jésus prend le pain, le rompt et le donne à ses disciples Prenez, mangez, ceci est mon Corps ; faites ceci en mémoire de moi. Depuis ce dernier repas de Jésus, l’une des missions du prêtre est de refaire le même geste en redisant les mêmes paroles pour que chaque chrétien puisse aujourd’hui recevoir Jésus qui se donne en nourriture. Le Corps du Christ me dit le prêtre ou la personne qui donne la communion. Combien de fois ai-je répondu Amen en recevant l’hostie consacrée dans la main ou sur la langue ? Mais quel prix, quel poids est-ce que je donne à cette réponse qui pourrait se traduire en français par Oui, Seigneur, je crois que tu te donnes à moi en nourriture, que je te reçois au plus intime de moi-même par ce geste de la communion.

Vendredi Saint : Ma vie nul ne la prend mais c’est moi qui la donne afin de racheter tous mes frères humains Jésus donne sa vie pour moi ! C’est le mystère de la Rédemption…. Les parents peuvent approcher de ce mystère en se rappelant qu’eux aussi d’une certaine manière donnent leur vie pour leurs enfants : parce qu’ils sont chair de leur chair, ils leur donnent tout leur amour, naturellement et en cas de grave danger, ils sont prêts à donner même leur vie pour sauver leurs enfants. Jésus l’a fait pour moi il y a 2000 ans.

Pâques : C’est la victoire du Christ sur la mort. L’ordre naturel des choses est bouleversé ; la mort n’a plus le dernier mot. Quand les apôtres ont été interrogés par les autorités juives concernant Jésus, ils auraient pu parler en priorité de tout le bien qu’il a fait, mais non ! Ils vont sans cesse marteler Ce Jésus que vous avez crucifié, Dieu l’a ressuscité, nous en sommes témoins. Ca me dépasse ! Mais ça va encore plus loin : Jésus me fait participer à sa résurrection. C’est ce qui est signifié dans chaque célébration d’obsèques quand nous allumons un cierge à côté du cercueil à partir du cierge pascal. Merci Seigneur parce que tu me donnes déjà la victoire sur ma mort  !

Tout au long de cette Semaine Sainte, je fais de la place en moi pour accueillir les dons de Jésus.

Abbé Eric Le Forestier

Documents à télécharger