Jeudi 28 juin 2018 — Dernier ajout jeudi 26 juillet 2018

Lieux de culte et de prières (1e partie)

De l’oratoire à l’abbatiale

Un lieu de culte est un édifice, dans lequel se réunissent les pratiquants d’une religion pour prier et célébrer un culte au cours de cérémonies. Les lieux du culte ont un caractère sacré aux yeux des croyants. Ils ont une architecture particulière, propre à chaque religion et à chaque culture.

Michelle Menguy

L’ oratoire (du latin oratorium) dérivé de orare, prier

L’oratoire a un caractère rural puisqu’il permettait aux paysans vivant parfois loin du bourg de venir se recueillir pieusement auprès d’un saint patron et de s’adonner à une prière sans pour autant se rendre à l’église. L’oratoire, en plus d’être un lieu de culte est aussi un lieu de remerciement et d’offrande avec l’espoir en retour de la protection du saint auquel il est dévoué. C’est un lieu simple : le plus souvent un petit édifice élevé, au bord d’un chemin avec juste une croix ou la statue d’un saint. Il peut être façonné dans un monolithe ou avec des pierres du pays, suivant les régions de France.

Oratoire St Yves Lanvollon -  voir en grand cette image
Oratoire St Yves Lanvollon

L’oratoire peut aussi désigner une chapelle privée adjointe à une grande maison, palais, château ou hôtel particulier. L’origine et la fonction de l’oratoire peuvent donc être très diverses, mais il a un lien profond avec les croyances populaires et le désir profond de relation avec Dieu. Il subsiste plus de douze mille oratoires inventoriés sur le territoire français. Le plus ancien datant probablement du XIVe siècle est situé à Moustiers-Sainte-Marie, dans les Alpes de Haute Provence. Certains sont même devenus des points d’intérêt touristique. Le petit village provençal Le Beausset, se revendique être « la capitale des oratoires » avec plus d’une soixantaine d’édifices répertoriés sur son territoire.

La chapelle Le terme de chapelle désignait autrefois l’oratoire du palais des rois de France où était conservée la relique du manteau de Saint-Martin, « petite chape », en latin « capella ».

Une chapelle est soit un édifice secondaire dans une paroisse, soit un lieu de culte au sein d’un bâtiment ou ensemble de bâtiments ayant une fonction précise, château, hôpital, école, communauté religieuse, cimetière…. Elle est souvent plus petite qu’une église. Une chapelle est aussi une partie d’une église comportant un autel dit secondaire. Le plus souvent, ces chapelles sont situées sur les bas-côtés, d’où leur appellation de chapelles latérales. Elles peuvent être consacrées à un saint différent de celui de l’église, en particulier, dans les édifices non dédiés à la Vierge Marie. Une chapelle rattachée à un château est qualifiée de « castrale ». Elle est dite « palatine », si elle est rattachée à un palais telle la chapelle palatine d’Aix la Chapelle en Allemagne. Une « sainte-chapelle » est une chapelle abritant des reliques de la Passion du Christ, telles la Sainte Chapelle de Paris ou celle du château de Vincennes. La chapelle Sixtine, située au Vatican, dans laquelle le pape est élu en conclave par les cardinaux, est sans doute la plus célèbre des chapelles.

L’église du grec "ekklesia" qui veut dire "assemblée".

L’église désignait tout d’abord une communauté chrétienne locale. A partir du IIIe siècle, ce terme qualifiait aussi bien le bâtiment où elle se réunissait que l’ensemble des croyants, l’Église universelle, ou l’institution qui les regroupait.

Il existe des églises paroissiales et des églises collégiales. L’église paroissiale est une église locale qui rassemble la communauté des fidèles et dont la charge revient au Curé sous l’autorité de l’évêque du diocèse. L’église collégiale ou capitulaire est une église confiée à un collège de clercs ou chapitre collégial formé de chanoines.

La cathédrale Terme savant directement calqué sur le latin cathedra « siège avec accoudoirs », simple transcription du grec καθέδρα (kathedra), « siège ».

C’est l’église principale d’un diocèse où se trouve le cathèdre, siège de célébration de l’évêque, symbole de son autorité et de sa mission apostolique. Elle est, le plus souvent, de dimension importante afin de pouvoir accueillir la nombreuse assemblée des chrétiens lors des grandes célébrations liturgiques ou lors des ordinations.

La primatiale est une cathédrale où siège le primat, évêque qui a autorité ou suprématie au moins honorifique, sur tous les évêques et archevêques d’une région déterminée, la primatie. Il existe 11 primaties en France, dont deux seulement ont gardé un rôle et une influence réelle : Lyon, dont l’archevêque a le titre de Primat des Gaules et Rouen.

L’abbatiale

Abbatiale de Beauport -  voir en grand cette image
Abbatiale de Beauport

L’abbatiale est l’église propre à un monastère ou une abbaye où les moines et les moniales se réunissent sept fois par jour pour la prière.

Au cours des siècles, un même édifice a pu voir sa dénomination changer. Ainsi, Saint Denis, au nord de Paris, fut à l’origine une abbatiale avant de devenir basilique à la disparition de l’abbaye, puis cathédrale, à la création du diocèse de Seine-Saint-Denis.

Michelle Menguy