Jeudi 15 mars 2018

Péleriner à Kerfot

Les petits mystères de Kerfot

Dans le cheminement de pèleriner en paroisse, on peut tout aussi bien marcher, mais aussi « chercher ». Chercher du sens aux événements, aux éléments architecturaux, à l’histoire (plus ou moins lointaine). C’est ce que vous proposent Annick et Claude de Kerfot.

Dans le cheminement de pèleriner en paroisse, on peut tout aussi bien marcher, mais aussi chercher. Chercher du sens aux événements, aux éléments architecturaux, à l’histoire (plus ou moins lointaine). C’est ce que vous proposent Claude et Annick de Kerfot.

L’église de Kerfot : une chapelle primitive fondée par les moines de Beauport est mentionnée en 1387. Sanctuaire dédié à la Vierge Marie, elle était, au Moyen-Age le centre d’un pèlerinage important. 2 pardons s’y tenaient le 2 février et le 1er dimanche de mai. L’église actuelle, dont le clocher et le porche sud datent du XVIe siècle a subi le 9 mai 1921 un incendie qui détruisit intégralement la toiture tout le mobilier et la statuaire intérieurs…Seules ont été épargnées 2 statues situées à l’extérieur : une vierge à l’enfant (dite en gloire) du XVe siècle, et une vierge priante (orante) du XVIe siècle. Pourquoi ces 2 statues ont-elles été épargnées par le feu ? (Premier mystère) Notre curé Eric Le Forestier a présidé leur installation au sein de l’église après leur restauration, en 2013. Suite à cet incendie, il a fallu reconstruire et ré-orner l’église. A l’intérieur de cette nouvelle église, on trouve des statues offertes mais on ne sait pas par qui (deuxième mystère !). La statue de St Guillaume vient-elle de la chapelle St Yves située sur la commune ? (Troisième mystère !) Nous pouvons remarquer une Vierge à l’Enfant du XVIe siècle, restaurée dans les années 1990 par le dernier recteur, M. l’abbé Houart. Près du chœur, un Christ, de style XVe, on ignore sa provenance (quatrième mystère !) Au-dessus de l’autel un vitrail rappelle l’incendie de 1921…les autres vitraux sont des dons de familles de la commune ou des alentours datant de la reconstruction de l’église en 1923 ; la commune a pris en charge leur restauration il y a quelques années. Vous pourrez aussi admirer la statue de Notre Dame de Kerfot, au-dessus de l’autel latéral, refaite à l’identique à l’ancienne (d’après une photo) par le sculpteur M. Elie Le Goff.

Le cimetière : une fontaine, portant la date de 1644 donnait une eau miraculeuse, réputée pour soigner les rhumatismes ; elle s’écoulait sous la chapelle et entretenait la légende d’un souterrain reliant l’église à l’abbaye de Beauport (cinquième mystère !) Un beau calvaire ancien, qui ne serait là que depuis les années 1950, a remplacé un autre calvaire figurant sur les cartes postales du début du siècle…pourquoi ? (Sixième mystère !)

La chapelle St Yves en prenant la route du bourg vers Paimpol, vous trouvez sur votre gauche cette petite chapelle du XIXe siècle, construite sur l’emplacement d’un oratoire dédié à St Yves. C’est là que Saint Yves se reposait et s’arrêtait pour regarder la mer une dernière fois en retournant de Beauport vers Tréguier. Elle abritait une relique du Saint aujourd’hui disparue. On y célèbre toujours le pardon chaque année le lundi de Pentecôte.

Annick et Claude Roy