Péleriner à Trévérec Enregistrer au format PDF

Jeudi 30 août 2018

L’origine du nom de Trévérec est autant seigneuriale que religieuse. En breton ancien « treh ou trev » veut dire « lieu habité et cultivé » « village ». Trévérec signifie étymologiquement « trévé » ou « peuplade de Vérec ou d’Erech ». Erech ou Riothine qui succéda à son père en 464 fut le cinquième roi des bretons armoricains. Il en fut probablement le fondateur ou le bienfaiteur. Trévérec a été reconnue comme paroisse en 1427.

Aujourd’hui, Trévérec ne possède que l’église comme patrimoine religieux.

Sandrine Geffroy et Sylvie Ellien

L’origine du nom de Trévérec est autant seigneuriale que religieuse. En breton ancien « treh ou trev » veut dire « lieu habité et cultivé » « village ». Trévérec signifie étymologiquement « trévé » ou « peuplade de Vérec ou d’Erech ». Erech ou Riothine qui succéda à son père en 464 fut le cinquième roi des bretons armoricains. Il en fut probablement le fondateur ou le bienfaiteur. Trévérec a été reconnue comme paroisse en 1427.

Aujourd’hui, Trévérec ne possède que l’église comme patrimoine religieux. La municipalité actuelle investit sur son église et vient de faire poser le vitrail de St Véran.

Église Saint-Véran En 1865 a eu lieu la bénédiction de la première pierre de la nouvelle église Saint-Véran. Cette église est en forme de croix latine, elle a conservé plusieurs vitraux colorés de l’ancienne église. On remarque au transept deux arcades ogivales, débris curieux du XVe siècle, qui rappellent l’église primitive. Le maire, Mr Ollivier, constatant que la commune n’avait pas les moyens financiers nécessaires à la construction de la toiture profita de la venue à Saint-Brieuc en 1867 (inauguration de la gare) de l’empereur NAPOLEON III et de son épouse l’impératrice Eugénie pour intercéder en faveur de l’église de la commune. L’impératrice émue par la détresse des habitants fit accorder les crédits nécessaires à l’achèvement des travaux.

Construit dans le style des anciens clochers du Lannionais, ce clocher est considéré comme le plus beau à l’entrée du Trégor et reconnu comme un joyau architectural. Il présente également un chevet à noues multiples, réalisé dans le style des réalisations de l’atelier trégorrois des Beaumanoir. Il fut terminé en 1897.

L’église possédait jadis des reliques authentiques de sainte Philomène, apportées de Rome en 1839. On y trouve aujourd’hui un tableau intitulé " La Résurrection ", œuvre du peintre Augustin Loyer et daté de 1850-1870. L’église abrite les statues de Notre-Dame de Bonne-Nouvelle (XVe ou XVIIIe siècle) et de Saint Véran en évêque (XVIIIe siècle)

A l’extérieur du cimetière, contre le mur d’enceinte, on peut trouver le gisant qui serait la pierre tombale de Judith de Lesvérec, décédée fin du XIIIe ou XIVe siècle. Il provient de la Chapelle de Notre-Dame-de-Pont Men ou Notre-Dame-de-Délivrance qui avait été construite au XIIe siècle et aujourd’hui disparue. Près de cette chapelle se trouvait autrefois une fontaine placée sous la protection de la Vierge. Aujourd’hui, une croix est construite à l’emplacement de l’ancienne chapelle. Le pardon de Saint-Véran « évêque de Vence » était dernièrement le principal pardon de la commune et avait lieu le premier dimanche d’août et durait une journée. Actuellement on vénère plutôt Sainte-Philomène le troisième dimanche de mai.

Le pont en pierre de Pont Men, situé sur le ruisseau Goaz Mab sépare Trévérec de Gommenech. Une voie romaine reliant Paimpol à Chatelaudren empruntait cette arche de pierre. Cependant la technique d’assemblage des pierres fait penser que ce pont a été construit au Moyen Âge. A l’époque le franchissement se faisait probablement à gué. A proximité immédiate se trouve un orme remarquable. Ce pont a été restauré en 1999 et dans le pré la pierre sacrée présente des cupules naturelles qui correspondaient au positionnement de la tête et des pieds des pèlerins qui venaient à cet endroit prier sur le dos. Cette pierre marque le début d’un alignement de pierres plus ou moins apparentes qui conduisait à la chapelle de Pont Men. Un if majestueux probablement millénaire situé en bordure de la voie romaine permet de localiser l’emplacement de la chapelle (en bordure du chemin creux).

Le 18 juillet dernier, au bourg, on a pu assister à l’installation du nouveau vitrail de l’église. Commandé, il y a quelques mois, auprès de l’atelier Botrel de Plémy, il a pris place sous le clocher. D’un diamètre de 1,10 m, il représente Saint-Véran, le Saint emblématique de la commune, Trévérec signifiant la trêve de Véran. La spécificité de ce vitrail est qu’il n’est visible que de l’extérieur. « C’est pour moi une première et je ne connais pas d’autres vitraux, dans la région, qui ont cette particularité », raconte Laurent Botrel, qui a procédé à son installation. Visible en venant de Pontrieux, ce vitrail trône désormais à quatorze mètres de haut. « Pour de très nombreuses décennies », assure Laurent Botrel.

Sandrine Geffroy et Sylvie Ellien
info document info document