Péleriner à Bréhat Enregistrer au format PDF

Dimanche 18 février 2018

L’Ile de Bréhat est la fierté de la paroisse de Paimpol. Le Ferlas est l’étroit bras de mer qui sépare la pointe de l’Arcouest du Port-Clos. Le nom de Bréhat vient du breton Breiz Coat « Bretagne des bois » alors qu’en 1900 il n’y avait pas d’arbres sur l’ile, ce sont les marins qui ont apporté autant de mimosas, de palmiers, d’aloès et d’eucalyptus.

Un pèlerinage à Bréhat semble tout tracé : du bourg à la chapelle St Michel en passant par la chapelle de Kéranroux.

L’Ile de Bréhat est la fierté de la paroisse de Paimpol. Le Ferlas est l’étroit bras de mer qui sépare la pointe de l’Arcouest du Port-Clos. Le nom de Bréhat vient du breton Breiz Coat « Bretagne des bois » alors qu’en 1900 il n’y avait pas d’arbres sur l’ile, ce sont les marins qui ont apporté autant de mimosas, de palmiers, d’aloès et d’eucalyptus. Un pèlerinage à Bréhat semble tout tracé : du bourg à la chapelle St Michel en passant par la chapelle de Kéranroux cependant, quelques pépites méritent l’effort. Au bourg, L’église avec son « clocher mur » de type Lannionais est soudée à la mairie (ce qui n’est pas commun). Le dallage du porche est composé de plusieurs pierres tombales dont celle du corsaire Amiral Cornic. L’église est dédiée à Notre Dame de Bréhat et a été construite en 1651 sur les vestiges d’une église du XII siècle.

La chapelle St Michel, point culminant de l’ile avec ses 33 m d’altitude, sert d’amer pour les bateaux d’où sa couleur blanche et son toit de tuiles rouges.

Au bout de la pointe, se dresse la croix Maudez sûrement le plus ancien calvaire de l’archipel grâce à la venue de Maudez moine irlandais échoué sur l’ile et y ayant construit son monastère vers la fin du 6e siècle. Une procession avait lieu tous les ans le dimanche de la Trinité jusqu’en 1941.

La chapelle de Kéranroux dite chapelle de la corderie. C’est la chapelle des gens de mer. Plusieurs ex-voto nous rappellent les conditions de vie en mer.

Le chant de la chapelle Notre dame de Keranroux Ordonnez au vent de souffler en tempête Pour que personne ne vienne de la grande terre Manger nos frères et nos pois verts.

De l’autre côté, sur l’ile nord, il faut aller chercher les ruines de la chapelle St Riom, aujourd’hui envahie de géraniums. St Riom était semble-t-il compagnon de St Maudez et a exercé son activité missionnaire jusqu’à Plouézec où une chapelle lui est dédiée. A l’heure actuelle, on peut remarquer le bénitier fixé à une colonne orpheline qui recueille l’eau de pluie et propose un abreuvoir aux oiseaux.